Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 09:32

Cet article est  en réponse à la question de Noémie, qui demande :
"A propos de tes explications sur l'anémomètre et le respect par le pilote des différentes vitesses caractéristiques de son avion, veux-tu m'éclairer : car par exemple, plus il fait chaud, et plus un aérodrome est haut, plus la distance de décollage va être grande (des courbes nous précisent ceci, dans les documents de l'avion), et donc plus la vitesse de décollage sera grande ?"


 null

 

Tout ce que tu as appris sur les risques à évaluer absolument lors d'un projet de décollage, soit par forte chaleur, soit en altitude, soit les 2 à la fois, sont vitaux, en effet.

 

Reprends mes explications physiques et leurs conséquences sur les vitesses données par l'anémomètre (ou "badin"), de l'avion :

 

L'anémomètre pour remplir son rôle d'indicateur de vitesse/l'air, comme l'avion pnullour sa sustentation, fonctionnent l'un et l'autre en utilisant la pression dynamique de l'air.

Si ton avion décolle à Deauville, avec une température au sol de 17°C et une pression atmosphérique au sol de 1005 mbar, (dite "QFE-Deauville", tu emploies et reçois presque constamment ce terme à la radio?), à la vitesse indiquée par son anémomètre de 63 kts, il décollera aussi à cette même vitesse indiquée à Addis-Abeba, (altitude aéroport voisine de 2000m), avec par exemple  28°C au sol et une pression atmosphérique "FE - Addis-Abeba" très basse... celle que tu voudras.

Pour le pilote, c'est simple...au moment de tirer sur le manche ou le volant. Mais à ce moment là, les vitesses de décollage réelles par rapport à l'air seront très différentes, celle-ci étant bien entendue bien plus élevée à Addis-Abeba qu'à Deauville. Il faudra donc que l'avion roule sur une beaucoup plus grande distance à Addis-Abeba qu'à Deauville; au point que, peut-être tu n'auras pas pu faire le plein de carburant à Addis-Abeba, car tu auras constaté que ton avion aurait été trop lourd, et que la longueur de la piste n'aurait pas été suffisante. Tu devras donc refaire une escale technique peu après le décollage...sur un aéroport plus bas si possible, si ton trajet est encore long !

 

 

                   Ce que je viens de t'expliquer est "encore plus vrai", du fait que ton ou tes moteurs perdent de la puissance avec de l'air plus chaud, et en altitude : car leur puissance maxi est elle aussi liée à la densité de l'air ! 

Alors, avant de charger ton avion, (y compris en carburant), et de décoller par temps chaud et/ou d'un aérodrome élevé, fait bien tes calculs à partir des abaques et autres formules donnés dans le "manuel de vol" de ton avion (qui doit toujours se trouver à bord).

Pour mémoire, la distance de décollage double, (je dis bien est multipliée par 2), généralement, (certes il existe de rares avions avec certains "boosters", qui permettent une augmentation de la puissance du moteur, limitée à quelques dizaines de secondes), à une température donnée identique et pour une différence d'altitude de l'aéroport de 8000pieds (soit environ 2440m). Et c'est pire, (facteur supérieur à 2), pour le passage d'obstacle à 15m ! (Et attention encore : la "pente de montée maxi" est aussi fortement réduite !)

 

                   L'anémomètre, (ou "badin"), n'indique donc jamais, (ou presque, vois ce qui suit), la vitesse réelle de l'avion par rapport au vent. L'anémomètre ne l'indique, par convention internationale et par réglage, qu'à 15°C et 1013 mbar (ou hPa). Pourtant, il faut vérifier l'étalonnage de cet appareil, car c'est vital : imagine qu'il se mette à donner la "vraie" indication à 25°C et 1013 mbar: alors que tu penseras pouvoir décoller à la vitesse préconisée et reconnue de 63 kts, (lus sur le badin !),...il ne se passera rien! Que feras-tu ? (2 décisions vitales, radicalement opposées seront à priori possibles, lesquelles, et en fonction de quoi ? Veux-tu y réfléchir,...bon exercice,...et on ne sait jamais ! Vois cela avec ton instructeur préféré ?)  Et si tu décides de poursuivre le décollage, certaine de tes calculs et de la longueur de la piste, note bien ta "nouvelle" vitesse de décollage au badin : elle te sera très précieuse, (et peut-être vitale), à l’atterrissage !

                  pitot-lancair-prise-dynamique.jpg

Ceci supposé, la chaîne de mesure badin-anémomètre est suffisamment simple pour être très fiable. A condition que le tube de Pitot, organe extérieur à l'avion, et la prise statique, soient en bon état.


Ceci fait d'ailleurs l'objet d'un autre article, entièrement dédié au pitot, à voir ici :
Histoire de Pitots 
 

 

      

 



Et à retenir aussi : Noémie, pas de vitesse caractéristique de l'avion lue par le pilote sur le GPS, STP (Revoir mes explications dans mon article précédent : Philippe nous parle de son entraînement sportif, du risque de dépassement de la VNE et du parachute )

 

                                                Bons vols, réfléchis, rappelle-toi tes cours de physique, questionne, et n'hésite pas à dialoguer ici. Peut-être te prépares-tu à être pilote de métier, militaire ou civile ? Quoiqu'il en soit... ces réflexions sont essentielles !

 



 A voir aussi :

Voltige aérienne : Les "g", la résistance du corps, de l'avion...
Acrobaties aériennes sur avion de voltige Extra 200
Patrouille de France : A voir absolument
Salon ULM de Blois - 29/30 août 09
Le Lancair 320, l'avion le + rapide au monde dans sa categorie
Le Making-Of des vidéos
Le moteur Wankel : l'aventure du piston rotatif




Si cet article vous a plu, inscrivez-vous à ma Newsletter sur ce lien.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe - dans Caractéristiques
commenter cet article

commentaires

JP GODIN 27/03/2014 18:16

Bonjour, merci pour l'information.
Je ne souhaite effectivement pas équiper un Airbus.
C'est juste pour ma culture personnelle dans le domaine des instruments de mesure. Bonne continuation.

JP GODIN 03/03/2014 22:05

Article très intéressant même quand on n'est pas de la partie.
Sauriez-vous me dire quels sont les fournisseurs de tube de pitot et d'anémomètre? Je connaissais Sextant Avionique qui a du changé de nom depuis. Merci d'avance.

Philippe 27/03/2014 09:23



A l’aide de Google,  cherchez sur internet, allez sur le site ou voyez le catalogue d’ “ULM-Technologie”....je suppose que vous ne souhaitez pas équiper un AIRBUS ou un
RAFALE...?   Les matériels proposés aujourd’hui sont de bonne qualité,même faits... loin d’ici et des USA !



Victor DEL REY 26/01/2010 16:26


Voila un article intéressant. On y apprend des choses très bien....

Les choses bougent sur mon blog. N'hésitez pas à passer :
http://victordelrey.over-blog.com/
A bientôt !!!!


Profil

  • Philippe
  • Ingénieur Arts & Métiers retraité, ancien de Nord-Aviation et de la Sagem, pilote privé d'avion et de planeur depuis 1960.

          POUR ME CONTACTER : plauren@free.fr
  • Ingénieur Arts & Métiers retraité, ancien de Nord-Aviation et de la Sagem, pilote privé d'avion et de planeur depuis 1960. POUR ME CONTACTER : plauren@free.fr

Traducteur

Pour me contacter, cliquez sur "Ecrire un commentaire" en bas de page, ou bien laissez votre message dans le livre d'Or du Lynx (Colonne de droite, en bas).

Cliquer pour traduire :English deutschEnglish español Italiano Português  

 

Visiteurs

 personnes ont visité ce blog. 


 Mettre ce site en page de démarrage

D'où venez-vous ?

aeriens


Horaire et calendrier

Articles Par Catégorie

Livre d'Or du LYNX