Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 10:18

Ça doit tourner..., même si la batterie ou l'ensemble alternateur et alimentation électrique stabilisée lâche !

 

ULM et avions à moteurs traditionnels (carburateurs et magnétos) : à vous de voir !   (1)

 

Aviation : dispositions possibles réservées aux constructeurs amateurs respectant les dispositions règlementaires. 

 

* Beaucoup de moteurs thermiques modernes ont absolument besoin d'électricité, (généralement 12 V=), pour fonctionner.    En effet,

   - côté allumage des bougies : les traditionnelles "magnétos" ont été remplacées par un "allumage électronique" (plus léger, mais surtout permettant des programmations plus complexes, amenant à de meilleures combustions et donc un meilleur rendement du moteur).

   - coté carburation : les carburateurs ont été remplacés par l'injection électronique (qui permet un dosage meilleur et plus régulier du mélange air-carburant, entraînant lui aussi une amélioration du rendement du moteur, avec par ailleurs un risque de givrage moteur quasiment nul : il n'y a plus l'effet Venturi nécessaire au fonctionnement du carburateur, dont la détente de l'air humide entraîne une diminution de la température).

 

* Il importe donc que l'alimentation électrique de ces équipements, devenue vitale pour le fonctionnement du ou des moteur(s) soit "sécurisée". Moteur en fonctionnement, 2 sources électriques sont possibles :

  

   - l'alternateur qui délivre finalement via une "alimentation stabilisée", du 12V= (généralement) et filtré (généralement "grosse" capacité de 22.000 micro-Farad, parfaitement repérable).

 

-          la batterie électrique, rechargée en permanence, (en principe... ne pas omettre d'exciter l'alternateur dès après le démarrage du moteur, Messieurs les pilotes, et contrôlez immédiatement la tension délivrée par l‘alternateur et son alimentation stabilisée : pas plus de 13.5 volts !)  


  dispositif-vehicule-competition 1275Clic sur la photo pour agrandir

 

*    Or, une petite visite dans les hangars a fait découvrir que beaucoup d’ULM… et même quelques avions, ne pourraient plus fonctionner :

-          Soit en cas de défaillance de l’alternateur ou de son alimentation stabilisée,

-          Soit en cas de défaillance de la batterie… ou de ses contacts électriques.

 

*    A cela, 2 raisons possibles :

1.        Pas de système automatique de distribution du courant continu à partir de l’ensemble alternateur + alimentation stabilisée (sortie en courant =), si la batterie ou ses contacts devenaient défaillants. 

2.       Dispositif inopérant, ce que nous découvrons par exemple en déconnectant volontairement la batterie de l’engin !  Le plus souvent, c'est moteur au ralenti que se révèle cette grave insuffisance. (1) ci après

 


dispositif-vehicule-competition 1278

 

  *    Le dispositif tout à fait classique que nous proposons ici :

- est relativement bon marché (moins de 120 euros TTC, avec ses 3 diodes, ses 2 interrupteurs-disjoncteurs et son disjoncteur)

- peut permettre de contrôler avant chaque vol, moteur chaud en fonctionnement, à son ralenti, la bonne marche de celui-ci : soit sur la batterie seule, soit sur le seul ensemble « alternateur + alimentation stabilisée ».

 

Ce dispositif équipe bien entendu mon avion LYNX PL-01, avec son moteur WANKEL (les schémas sont d'ailleurs extraits de la notice Mid-West, ce constructeur disparu proposant alors cette "avionisation" de son moteur).

 

Attention : Réalisation simple, mais demandant le soin nécessaire à sa conception et à sa réalisation. Par exemple :

 

-          Radiateurs de refroidissement, pour chacune des 3 diodes (petite plaque d’alu, avec assurance de bonne liaison thermique entre chaque diode et son « radiateur » - utilisation de graisse silicone spéciale + serrage suffisant). dispositif-vehicule-competition 1277

 

-          Isolement électrique de ces « radiateurs », polarisés positivement : voir les schémas et photos de notre réalisation.

 

-          Si 2 diodes (différentes : à polarité inversée) sont montées sur la même plaque-radiateur (cas de notre réalisation), se méfier du contact électrique qui doit être assuré par la plaque d’alu commune… en alu ; et donc « assurer » en doublant ce contact électrique (l’oxydation facile de l’alu entraîne un risque de mauvais contacts électriques), par un conducteur électrique classique et ses cosses appropriées.

 

-          Au montage sur votre machine, bien entendu interposez votre sous-ensemble, alimenté à la fois par l’alimentation stabilisée et par la batterie (voir le schéma). Le tout :

 

o        Sans contact électrique possible avec les 2 plaques-radiateurs.

o        Sans risque de mise à la masse de l’une ou l’autre de ces 2 plaques radiateurs (que vous pourrez peindre très partiellement, sur un bord, par exemple, en ROUGE (car polarité +), ces repères attireront l’attention ! Mais si vous devez peindre complètement ces plaques, ou les faire anodiser, avant ce marquage en rouge, faites le en NOIR, ce qui assurera une meilleure diffusion de la chaleur.)

 

dispositif-vehicule-competition 1267(1) Bien entendu, vous vérifierez, avant et après montage sur votre machine, que le ou les moteurs fonctionnent, y compris au ralenti, soit sur la batterie seule, soit sur l’alternateur et son alimentation stabilisée, seuls.

 

C'est pourquoi un sérieux bilan électrique, avec mesures des intensités électriques à divers régimes du moteur doit être fait : Avec et sans l'instrumentation de bord minimum nécessaire au pilotage et à la navigation,  et sans doute aussi avec l'instrumentation de bord complète. Ce bilan est nécessaire avant de vous lancer dans cette réalisation. Si nécessaire, vous pourez rechercher expérimentalement les 2 vitesses de rotation du moteur à partir desquelles le bilan électrique devient satisfaisant. La première de ces vitesses permet de conserver toute l'instrumentation nécessaire à la navigation, la seconde (vitesse plus basse), seulement celle nécessaire au pilotage à vue pour l'atterrissage. Les check-lists "démarrage" et "atterrissage" devront être alors sérieusement revues, et comprises par les pilotes.

 

Enfin, je conseille vivement dans une telle situation, d'ajouter 2 diodes électro-luminescentes, rouges par exemple, qui indiqueront instantanément au pilote la défaillance, soit de la batterie, soit du sous-ensemble alternateur + alimentation stabilisée.

 

*    A vous de voir si vous vous devez ou non de créer ce sous-ensemble, et de le mettre en place sur votre ULM ou votre avion ; si possible avec les 2 interrupteurs-disjoncteurs et le micro-disjoncteur, à portée de main. N’oubliez pas de modifiez la check-list « départ », et celle concernant la « panne moteur en vol ».

 

 

Retours d’expérience et toutes observations attendues … au profit de tous !

 

Merci par avance, bon courage, réalisation facile… mais sérieuse !

 

/Philippe

 

dispositif-vehicule-competition 1269 dispositif-vehicule-competition 1271
 dispositif-vehicule-competition 1272  dispositif-vehicule-competition 1274

 

 


 


 A voir aussi :

Voltige aérienne : Les "g", la résistance du corps, de l'avion...

Plaisir et performances en vol à voile en Namibie, avec mon ami Pierre Charodie

Patrouille de France : A voir absolument
Salon ULM de Blois - 29/30 août 09
Le Lancair 320, l'avion le + rapide au monde dans sa categorie
Le Making-Of des vidéos
Le moteur Wankel : l'aventure du piston rotatif




Si cet article vous a plu, inscrivez-vous à ma Newsletter sur ce lien.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe - dans Caractéristiques
commenter cet article

commentaires

electricien paris 13 29/01/2015 21:45

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Profil

  • Philippe
  • Ingénieur Arts & Métiers retraité, ancien de Nord-Aviation et de la Sagem, pilote privé d'avion et de planeur depuis 1960.

          POUR ME CONTACTER : plauren@free.fr
  • Ingénieur Arts & Métiers retraité, ancien de Nord-Aviation et de la Sagem, pilote privé d'avion et de planeur depuis 1960. POUR ME CONTACTER : plauren@free.fr

Traducteur

Pour me contacter, cliquez sur "Ecrire un commentaire" en bas de page, ou bien laissez votre message dans le livre d'Or du Lynx (Colonne de droite, en bas).

Cliquer pour traduire :English deutschEnglish español Italiano Português  

 

Visiteurs

 personnes ont visité ce blog. 


 Mettre ce site en page de démarrage

D'où venez-vous ?

aeriens


Horaire et calendrier

Articles Par Catégorie

Livre d'Or du LYNX